Charline Mignot

29 novembre 2016

 » JE M’INSPIRE AUSSI, DÉSORMAIS DE MES CONVICTIONS : LE FÉMINISME, LE GENRE, LA CENSURE… « 

On a rencontré la photographe Charline Mignot pour parler mode, musique, photographie mais aussi aborder la question du genre, du féminisme… Des thématiques qui nous sont chères. Charline est à la fois inspirée et inspirante. Elle créée des séries photos pop et engagées et ouvre la voie à une nouvelle vision du genre. Cette jeune artiste ne s’est pas uniquement contentée de la photographie, on la retrouve aussi dans le domaine de la musique. Complètement alignée avec ses valeurs (les femmes), Charline nous fait voyager dans un univers produit avec soin qui nous laisse surpris, rêveur…

× Peux-tu nous parler un peu de toi, ta passion pour la photo, l’univers artistique ?

Je m’appelle Charline Mignot, je suis originaire de Genève mais je vis à Paris désormais. J’ai 21 ans. J’ai commencé la photo il y a quelques années…environs 7-8 ans. Mon grand-père m’avait prêté son appareil photo le temps d’un après midi. J’ai fait des photos de mes cousins et j’ai aimé ça. A Noël, ils m’ont offert un compact, j’étais hyper contente d’avoir mon propre appareil photo ! Et de fil en aiguille, j’ai commencé à prendre en photo mes amis.es, j’ai changé d’appareil et me voilà ici à présent.

× Les premiers mots qui nous viennent à l’esprit lorsque l’on découvre tes photos, c’est l’espace et la matière. C’est très intriguant, d’où te viennent toutes ces idées ?

Je n’en sais trop rien. Ma mère me dit que j’ai toujours eu une imagination débordante. Je faisais pleins de choses quand j’étais petite : je préparais pendant des mois et des mois avec ma voisine des spectacles de danse, théâtre, pour la fête du quartier. On va dire que c’est sans doute partie de là…La volonté de créer quelque chose de A à Z. Je pense, sans rire, que ça a été très important pour la mise en scène et le stylisme. Je m’inspire aussi, désormais de mes convictions : le féminisme, le genre…

× Le photographe Martin Parr est une de tes inspirations principales, pourquoi as-tu fait des séries en son nom ? 

Il est pour moi un des génies de la photographie. Son travail est très juste et semble sortit de nul part. On se demandé à chaque fois dans quel endroit du monde sommes nous. Il a ce don de voir ce que personne ne voit. Son exposition avec Mathieu Chedid, en ce moment à Paris est une expérience incroyable. J’y ai découvert des photos que je n’avais encore jamais vu…Puis, il faut dire ce qu’il en est : ce mec est bien trop chou !

× On a remarqué que tu shootais souvent des visages très différents… Loin des codes dictés par la mode, pourquoi ? 

Quand j’ai commencé la photographie je recherchais le visage parfait, lisse, sans défaut, beau. Au fur et a mesure j’ai commencé à me pencher vers des visages atypiques, que je trouvais beaucoup plus intéressants. Et ça rejoint désormais mon style photographique :

 » LES NORMES QU’ON NOUS IMPOSE SONT-ELLES JUSTES ? UN QUESTIONNEMENT QUI CONSTITUE L’ENTIÈRETÉ DE MON TRAVAIL. « 

× Par le biais de tes créations, que souhaites-tu transmettre ?

J’espère faire réfléchir le spectateur sur chaque terme que j’aborde. Le genre, le féminisme, la censure, etc. J’ai d’ailleurs réalisé une courte vidéo sur la censure des tétons féminins l’an dernier ! J’ai adoré réaliser ce projet : #FreeTheNipples !

× Dans tous ce que tu as réalisé, y-a t-il une œuvre ou une photographie qui te tient particulièrement à cœur ?

Peut-être la photographie du jeune garçon avec un soutient gorge…Mais je ne sais pas. Je n’ai pas vraiment de préférence.

× Charline Mignot c’est aussi la création de musiques, dont le projet « Vendredi sur mer ». De quelle façon tu t’es lancée dans la musique ? 

J’ai toujours beaucoup écrit. La musique est arrivée à moi par hasard ! J’avais écrit un petit texte, j’ai voulu le mettre en forme sur une base musicale et ça a donné ma première chanson : « Est-ce que tu t’en souviens ? » Puis j’ai rencontré Paul Andrieux, qui aujourd’hui est mon manager… Et le projet Vendredi sur Mer a débuté !

× Tu pourrais nous résumer ton style musicale ? 

Je ne saurais pas expliquer pourquoi « ce style de musique ». Je n’ai pas le sentiment d’appartenir réellement à un style. J’ai simplement envie que ce projet me ressemble et me fasse du bien.

× Crées-tu un rapport entre ta musique et tes photos ?

Un rapport… sans doute ! Je me rends compte petit à petit que ce que j’écris défend plus ou moins mon mode de vie, ce qu’il s’y passe et mes convictions. Je pense qu’il est donc possible de faire un rapprochement, oui !

 » VENDREDI EST UN JOUR PARTICULIER DE LA SEMAINE…C’EST UN PEU UN JOUR MAGIQUE. « 

× Vendredi sur mer et pourquoi pas samedi sur terre ? Que se cache t-il derrière ce nom ?

Ahaha, très bonne question ! Vendredi est un jour particulier de la semaine. Il installe le week-end, il est synonyme de sortie, d’horizon, d’évasion. Tu as beau être crevé et te plaindre toute la semaine, quand arrive le vendredi, la fatigue s’évanouie et tu mets ton plus beau costume pour aller danser dans des bars. C’est un peu un jour magique. Et puis la mer… Vaste étendue d’eau. Qui n’a physiquement ni début ni fin. Ça laisse rêveur.euse et pensif.ve.

× Dernièrement, le titre « La femme à la peau bleue » a récemment était mis en avant lors du dernier défilé hommage de Sonia Rykiel, comment as tu créé cette musique ? La mélodie sort tout droit des années 60-70 ?

J’ai d’abord travaillé d’après une maquette de Léo Becerra et j’ai décidé de la finaliser avec Lewis. Je parle d’une histoire qui m’est arrivée, cette chanson est très importante pour moi et elle représente beaucoup de choses !

× Des inspirations ? 

Les artistes qui m’inspirent… Il y en a un paquet ! Je suis récemment tombée sous le charme du groupe Radio Elvis, que j’ai vu en concert. Une grosse claque émotionnelle, visuelle et auditive. L’univers de Yelle me plait aussi énormément, Nuit de Baise I, une folie. Et puis Fishbach, si vous ne connaissez pas cette nana, vous loupez quelque chose…

× Tes prochains projets ?

Je vais bosser une série détail très prochainement. J’aimerai commencer à réaliser quelques courts métrages ! Je travaille aussi sur mon premier EP…

× mixn:match est un magazine basé sur les valeurs du slow media (qualité plus que quantité), que penses-tu de ce concept ? De la slow life dans sa globalité ?

Enfin quelqu’un qui parle de la slow life ! Je trouve ce concept intéressant. Dans un monde où tout va très vite, prendre du temps pour faire les choses tranquillement et sans se juger est très important !

UN RITUEL : LES BALLADES AUX TUILERIES

UN SON : LA PLUIE SUR LA TAULE

UN ENDROIT : LE PALAIS DE TOKYO

TON MANTRA : RETOURNE TES CHAUSSETTES AVANT DE LES METTRE EN MACHINE.

 Retrouvez le travail de Charline Mignot par ici www.charlinemignot.com

Instagram & Facebook

Projet « Vendredi sur mer » : Instagram & site

Interview par Thibault Copleux / Chapeau Debora Attal

www.thibault-copleux.com

 Mixn:matchweb magazine et slow média amoureux d’art visuel. Nous célébrons nos rencontres, nos amis, nos collectifs et artistes préférés. Mixn:match est une ode à la culture artistique, une façon de vous inspirer sans vous presser.